Exposition 2016 : Incident domestique

INCIDENT DOMESTIQUE

Du 28 mai au 25 septembre 2016

Œuvres de la collection les Abattoirs-Frac Occitanie Toulouse

Productions in situ / Marie Sirgue et Bertrand Segonzac
Artistes : Martin Arnold, Michel Blazy, Franck Scurti, Richard Fauguet, Bertrand Segonzac et Marie Sirgue

Une exposition «  hors cadre  » de la collection des Abattoirs-Frac Occitanie Toulouse

Pour la première fois à Auch, un ancien Carmel, propriété du Département du Gers, fermé depuis des années se dévoile au public. Une connivence inédite s’instaure entre des œuvres et des espaces oubliés. Caractérisés par la mobilité de ses collections, les Abattoirs - fonds régional d’art contemporain investissent ce bâtiment historique pour en faire une résidence du présent.

L’histoire se tisse et les croyances s’amplifient afin d’amener l’art au visiteur. L’esprit des lieux croise la création vivante, la lecture des œuvres se réinvente dans des espaces non dédiés à l’exposition. Dans l’ici et le maintenant d’un territoire, le soutien aux artistes prend toute sa force.

Cette alchimie des tensions entre formes et objets, entre volume et espace donne corps à l’exposition collective Incident domestique.

Changer le curseur du regard, mettre un pas de côté pour ne plus se contenter du simple voir. Les œuvres invitées interrogent notre perception habituelle des objets et des images qui nous entourent.

Incident domestique démultiplie les points de vue pour accéder au processus créatif. Sans cesse, en quête de paysages à apprivoiser, les artistes contournent, détournent les frontières de l’art et de notre environnement. En puisant dans l’ordinaire, ils extraient une perception extraordinaire du quotidien.

Les objets de nos mondes se retrouvent ici englués voire déformés de leur sens premier. Entre sculptures organiques, images suspendues et usages détournés, une torsion du réel s’opère.

Les artistes s’immiscent dans les pores architecturaux de cette bâtisse. Ils révèlent une confrontation entre la présence des créations et le «  déjà là  », allant jusqu’à dévider la structure du site pour laisser place à une hallucination artistique.

Invités à déambuler dans ces strates d’histoires en collision, le spectateur plonge dans un métissage du quotidien. Le lieu se transforme alors en dialogue actif entre les formes et les personnes.

Incident domestique s’envisage telle une expérience, où l’union entre patrimoine et art contemporain, métamorphose ce lieu en espace investi par le double regard des artistes / visiteurs.